Skip to content
Conférences et ateliers
11 mars
à 14H00 | Salle 301 B

Méthodes de réhabilitation de terrains contaminés

Modéré par : Denis Millette, Polytechnique
Innovations et technologies propres

14H00 - Technologies novatrices pour la réhabilitation in situ de terrains contaminés

Au cours des dernières décennies, la réhabilitation des terrains contaminés s’est faite principalement en excavant les sols et en les traitant ou en enfouissant hors site. La réhabilitation in situ de terrains contaminés gagne en popularité en raison de l’impraticabilité de l’excavation de sites complexes (e.g. contamination difficilement accessible sous des infrastructures ou trop profonde) et de la nécessité de réhabiliter ces sites. Plusieurs méthodes de traitement in situ existent dont celles qui utilisent de l’air, des agents chimiques, de la chaleur, ou des bactéries pour détruire ou mobiliser les contaminants. Un défi technologique à l’application de ces méthodes est relié au contact entre l’agent réhabilitant et le contaminant en raison de l’hétérogénéité de perméabilité des terrains. Aussi, l’application d’une seule technologie peut, dans certains cas, ne pas être suffisante pour réhabiliter le site. La technologie d’injection de mousse pour récupérer des hydrocarbures ou isoler temporairement une zone source, l’utilisation de la méthode par conduction thermique et l’injection d’enzymes sont des technologies en émergence et seront proposées comme des avenues de solution.

14H30 - Réhabilitation d’une tourbière contaminée par des hydrocarbures : défis et solutions

En 2004, le déraillement d’un train a causé le déversement d’un mélange de diesel et d’essence dans une tourbière faisant partie d'une réserve écologique. En raison de ce contexte unique, l’équipe de projet a développé des méthodes de travail innovatrices afin de réduire les impacts négatifs des travaux. De 2004 à 2013, des travaux d’urgence, de caractérisation et de suivis se sont succédé, exigeant des adaptations des méthodes de travail et la concertation avec diverses parties, ce qui a débouché, en 2014, sur l’approbation du plan de réhabilitation par le MELCC. Cette conférence aborde les défis et solutions du premier projet de réhabilitation in situ d’une tourbière contaminée par des produits pétroliers au Québec. L’objectif est de présenter les stratégies taillées sur mesure afin de faire face aux problématiques spécifiques à la tourbière comme les approches de gestion et de réhabilitation adaptées aux différentes communautés écologiques et les défis d’interprétation soulevés par les particularités du milieu.

15H00 - Réhabilitation in situ des sols contaminés au diesel issus d’un déversement accidentel - Étude de cas

En avril 2018, une Université de la région de Montréal a mandaté Enutech afin d’effectuer la réhabilitation par traitement in situ des sols contaminés issus d’un déversement de diesel. L’intervention d’Enutech a été de caractériser les sols, rédiger une demande de certificat d’autorisation et procéder à la réhabilitation des sols par l’injection d’une solution oxydante biologique. L’objectif de réhabilitation des sols était d’atteindre le critère A. Dû à la présence d’importantes infrastructures souterraines, l’Université a exigé que la réhabilitation in situ soit réalisée à l’aide d’une oxydation biologique et non chimique afin de préserver l’intégrité des infrastructures présentes dans la zone de sols contaminés. Environ 88 m3 de sols contaminés devaient être traités. Les concentrations initiales en HP C10-C50 étaient entre 1420 à 2320 mg/kg à des profondeurs de 0 à 3.5m. Une solution biologique oxydante a été injectée périodiquement dans les sols du site pour dégrader le diesel. Suite aux travaux de réhabilitation, les sols retrouvés dans l'enclave respectent maintenant les critères A du Guide d’intervention pour les paramètres analysés (HP C10-C50 et HAP).