Collaboratif Grands Lacs – Saint-Laurent : rencontre avec Jean Cinq-Mars

Jean Cinq-Mars

Jean Cinq-Mars a été commissaire au développement durable du Québec (2009 à 2016). Il oeuvre présentement à titre de consultant international en environnement, en développement durable et en audit de performance. Il est membre du groupe de Conseillers principaux du vérificateur général du Canada, associé de la Fondation canadienne pour l’audit et la responsabilisation et coprésident du panel d’expert du Collaboratif Grands Lacs – Saint-Laurent.

Quel est le portrait de la situation actuelle du fleuve Saint-Laurent et de ses écosystèmes ?

Dans les décennies 70 et 80, il y eut une dégradation marquée de la qualité de l’eau du Saint-Laurent. Les gouvernements de l’époque ont déployé des efforts et des investissements, et ont démontré une direction qui a donné de bons résultats. Voici quelques exemples de réussite :

  • Société québécoise de l’assainissement des eaux usées (SQAE), une société d’État, qui a assisté plus de 400 municipalités dans la construction et le financement de leurs ouvrages d’assainissement entre 1980 et 2010.
  • Le Plan d’action Saint-Laurent de 1988 – 1993 qui a permis la réduction de 96 % des rejets liquides toxiques de 50 industries ciblées (papetières, raffineries, etc.) et la protection de 5 000 ha de milieux humides.

Aujourd’hui, nous continuons de faire face à des problèmes de pollution ponctuelle, mais de plus en plus à de la pollution de sources diffuses et à de nouveaux contaminants. Ceux-ci proviennent principalement de notre mode de consommation – produits pharmaceutiques, de soins personnels – et de nos habitudes de vie qui engendrent l’émission de GES. La présence de zones d’hypoxie dans les zones profondes de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent ainsi que les inondations récurrentes sont quelques-uns des problèmes du Saint-Laurent qui affectent la société québécoise et pour lesquels le Collaboratif Grands Lacs – Saint-Laurent a développé des recommandations novatrices.

Quel est le rôle du Collaboratif Grands Lacs – Saint-Laurent et comment peut-il améliorer la santé de ces écosystèmes?

L’objectif initial du Collaboratif est de proposer des approches novatrices à ces problèmes récurrents et émergents en lien avec les quatre principaux défis soulevés par Environnement et Changement climatique Canada (ECCC). Ces problématiques sont :

Courtoisie du Collaboratif Grands Lacs – Saint-Laurent

Afin d’y arriver, nous avons mis en place une approche ascendante où, expertes, experts, représentantes et représentants des diverses parties prenantes allaient travailler ensemble, en décloisonnant les expertises, à proposer des approches innovantes. Plus de 80 spécialistes provenant de l’Ontario et du Québec ont été impliqués de près dans la démarche Saint-Laurent et plus de 120 personnes ont été consultées en neuf mois via quatre webinaires et un atelier citoyen, le Sommet Saint-Laurent, qui s’est tenu le 25 novembre dernier. La contribution volontaire et l’engagement de tous ont été remarquables, démontrant par là même leur attachement au Saint-Laurent.

Sommet 2019 du Collaboratif Grands Lacs – Saint-Laurent
Vous dévoilerez le 10 mars prochain les 12 recommandations novatrices pour l’avenir du Saint-Laurent. Pouvez-vous nous indiquer à qui s’adresse ce nouveau plan d’action 2020 – 2030? Quels sont les acteurs responsables et imputables de ce plan d’action et comment sera-t-il mis en place?

Ces recommandations s’adressent en priorité au ministre de l’Environnement et changement climatique Canada (ECCC) et à ses homologues du Québec et de l’Ontario. Ces recommandations découlent d’une consultation étendue des experts et des parties prenantes, comme les municipalités et les Premières Nations.

La mise en œuvre sera aussi une opération ambitieuse, considérant l’enthousiasme des participants à notre Collaboratif, je suis convaincu que les Québécoises et Québécois sauront relever le grand défi de protéger le Saint-Laurent et que les gouvernements mettront en place les bases d’une approche coopérative qui sera aussi performante que le Collaboratif Grands Lacs Saint-Laurent.

Jean Cinq-Mars participera à la plénière d’ouverture du Salon des TEQ au Centre des Congrès de Québec le 10 mars prochain à 9h15 en compagnie de Stéphanie Allard, Jacques Durocher et Michelle Morin-Doyle.